L’industrie touristique souhaitait profiter davantage de l’expertise et de l’expérience des travailleurs expérimentés. Malheureusement, les mesures fiscales en vigueur représentaient un frein important. Bonne nouvelle : dans leur budget 2019, les gouvernements provincial et fédéral ont annoncé des mesures qui profiteront autant aux travailleurs aînés à faible revenu qu’aux employeurs.

Un plus grand bassin de travailleurs potentiels pour les employeurs

 

Quelles seront les répercussions de ces nouvelles mesures sur les employeurs de l’industrie touristique ? Que du positif !

 

Quand vient le temps de recruter du nouveau personnel, les entreprises se tournent d’abord naturellement vers le bassin des 15-24 ans. Or, avec la baisse démographique, recruter de jeunes travailleurs devient de plus en plus difficile, et les entrepreneurs doivent se tourner vers d’autres bassins., comme celui des 55 ans et plus.

 

Les travailleurs d’expérience se dirigent surtout vers des emplois à temps partiel ou saisonniers, ce qui correspond à plus de la moitié des emplois de l’industrie touristique. De plus, ils recherchent des entreprises où il fait bon travailler. Nul doute que les entreprises touristiques et leur cadre bien souvent enchanteur sauront leur plaire !

 

Autre avantage non négligeable pour les employeurs : les travailleurs d’expérience jouissent généralement d’une plus grande liberté d’horaire que les jeunes employés aux études ou avec famille. Même s’ils ont aussi leurs contraintes, ils peuvent offrir quelques heures à quelques jours de disponibilité par semaine.

 

Bien sûr, engager une main-d’œuvre expérimentée nécessite sans doute de revoir l’organisation du travail et des tâches, et de prévoir une formation, au besoin, liée aux outils technologiques. Mais pensons à leur extraordinaire bagage de connaissances et de compétences et à tout leur savoir-être, qui s’acquièrent avec l’expérience. Ces atouts les distinguent avantageusement dans la qualité de leur service à la clientèle, une force essentielle dans toute entreprise touristique.

 

Voici les mesures permettant dorénavant de solliciter ce bassin de main-d’œuvre et faire une grande différence dans la diversification des équipes de travail afin de mieux s’adapter au contexte actuel de main-d’œuvre :

Crédit d’impôt bonifié — provincial

 

Le régime fiscal du Québec prévoit déjà un crédit d’impôt non remboursable aux travailleurs d’expérience. Pour accroître leur participation au marché du travail, le gouvernement provincial propose dans son budget que, dès 2019 :

  • L’âge d’admissibilité au crédit d’impôt passe de 61 à 60 ans ;
  • Le plafond des revenus de travail excédentaires admissibles au crédit d’impôt passe à 10 000 $ pour les travailleurs de 60 à 64 ans et demeure à 11 000 $ pour les 65 ans et plus.

Allègement fiscal pour les entreprises — provincial

 

Le budget provincial propose aussi de réduire les charges sur la masse salariale liées aux salaires versés à des travailleurs âgés de 60 ans ou plus. Cet allègement permettra aux employeurs d’absorber certains coûts liés à l’adaptation des conditions de travail des travailleurs d’expérience. Pensons notamment à l’aménagement du temps de travail ou à la formation continue.

 

Les entreprises admissibles pourront bénéficier d’un crédit d’impôt relatif à des charges sur la masse salariale de :

  • 50 % pour les travailleurs âgés de 60 à 64 ans, jusqu’à concurrence de 1 250 $ par travailleur ;
  • 75 % pour les travailleurs âgés de 65 ans ou plus, jusqu’à concurrence de 1 875 $ par travailleur.

Bonification de l’exemption des gains du Supplément de revenu garanti (SRG) — fédéral

 

Depuis 2008, les travailleurs aînés peuvent gagner un revenu annuel de 3 500 $ sans entraîner de réduction des prestations du SRG. Or, cette situation ne tenait pas compte de la réalité actuelle du marché du travail. La bonification proposée dans le budget fédéral, qui fera l’objet d’un projet de loi, aura pour effet :

  • D’augmenter le montant de l’exemption complète de 3 500 $ à 5 000 $ par année ;
  • D’instaurer une exemption partielle de 50 %, qui s’appliquera au-delà de 5 000 $, et ce, jusqu’à 15 000 $.

Par conséquent, les travailleurs âgés auront plus d’argent en poche. De plus, cette mesure pourrait inciter plusieurs personnes retraitées à retourner sur le marché du travail ou des personnes semi-retraitées à travailler plus d’heures et peut-être plus longtemps.

 

Pour connaître les détails des deux mesures du gouvernement provincial, consultez le Budget provincial aux pages D.10 à D.17.

Pour en savoir plus sur la bonification de l’exemption des gains du SRG, consultez le Budget fédéral aux pages 75 à 78.

Vous aimerez aussi

employes-main-dans-la-main

Regard sur l’emploi et les taux de chômage – Octobre 2021

Le tourisme au Québec comptait ce mois-ci 25 400 emplois de moins qu’en août dernier et quelque 35 200 emplois de moins qu’à pareille date l’an dernier. Bien que la diminution des emplois fût à prévoir avec la fin de la haute saison, il n’empêche que ces chiffres témoignent de la très grande difficulté de l’industrie touristique à récupérer la main-d’œuvre qu’il a perdue durant la pandémie.
employes-main-dans-la-main

Regard sur l’emploi et les taux de chômage – Septembre 2021

Le tourisme au Québec comptait ce mois-ci 25 400 emplois de moins qu’en août dernier et quelque 35 200 emplois de moins qu’à pareille date l’an dernier. Bien que la diminution des emplois fût à prévoir avec la fin de la haute saison, il n’empêche que ces chiffres témoignent de la très grande difficulté de l’industrie touristique à récupérer la main-d’œuvre qu’il a perdue durant la pandémie.

Abonnez-vous à notre infolettre et recevez des nouvelles qui comptent pour vous!