Veuillez noter que votre navigateur n'est plus supporté et que l'affichage pourrait ne pas apparaître convenablement.
Veuillez Mettre à jour votre navigateur ou Installer Google Chrome

Le travail d’opérateur de dameuse : parfait pour les mordus de machinerie!

Robin Malo, 25 ans, opère une dameuse dans une station de ski depuis 7 ans. Nous lui avons demandé de nous parler de son parcours et de ce qu’il aime tant de ce métier.

 

Qu’est-ce qu’une dameuse? Robin Malo au volant de sa dameuse

Une dameuse est un véhicule sur chenilles spécialement conçu pour aménager les pistes des stations de ski. L’opérateur de dameuse est essentiel aux bonnes activités d’une station de ski, car il entretient les pistes, les rend praticables et permet une expérience de glisse à la hauteur des attentes des usagers.

 

Des possibilités infinies et une grande responsabilité

Pour Robin, la dameuse est un engin unique.

J’ai opéré plusieurs autres machines, mais je n’ai jamais trouvé encore une machine à la hauteur de celle-là. Les possibilités sont infinies avec une dameuse!

C’est aussi un appareil complexe qui renferme son lot de défis. « Apprendre à conduire une dameuse, c’est comme apprendre à conduire une auto, mais apprendre à opérer une dameuse, c’est plus long. » Selon Robin, on peut prendre jusqu’à 2000 heures de travail, soit environ 3 saisons, pour y parvenir. 

 

L’enjeu de sécurité est aussi primordial. L’opérateur de dameuse est responsable de veiller à la sécurité des clients et des collègues de la montagne (moniteurs, patrouilleurs, etc.) en évitant l’accumulation de plaques de glace et en travaillant la neige à l’aide de sa machine.

Dameuse en fonction

De la ferme à la montagne

Robin a grandi sur une ferme où il était entouré de machinerie. Par contre, professionnellement, c’est la dameuse qui a été sa première machine. Il y a été initié par un membre de sa famille. Dès qu’il en a eu la chance, dans son cas à 18 ans, il a adopté le métier.

 

Aujourd’hui, il fait notamment de la formation pour initier les nouveaux opérateurs, et on fait souvent appel à son expertise pour des projets qui demandent des compétences plus pointues. Robin est maintenant camionneur à temps plein, et il travaille à la montagne dès que l’occasion se présente, car la dameuse demeure sa machine préférée!

 

 

Les défis des premiers pas dans le métier

Pour Robin, s’habituer au travail de nuit a été un défi en soi car, généralement, le travail d’opérateur de dameuse s’effectue la nuit, lorsque les pistes sont fermées.

 

Il faut aussi être patient: avant de se sentir à l’aise avec une dameuse, ça prend du temps. Les patrouilleurs remarquent les erreurs de damage et rédigent des rapports d’erreurs qui sont transmis aux opérateurs: il ne faut pas se décourager trop vite! C’est pourquoi il est dans les bonnes pratiques de jumeler le débutant avec un opérateur expérimenté, qui peut l’aider et superviser son travail.

Robin Malo pose accoudé à sa dameuse

 

Une nuit type au travail pour Robin :

  • Arrivée vers 22 h
  • Prise d’information sur les conditions de la montagne
  • Inspection des lieux sur la montagne avec son coéquipier
  • Répartition du travail selon les priorités

 

Qui peut devenir opérateur de dameuse?

Détenir de l’expérience dans des secteurs tels que la construction, la mécanique, l’agriculture et l’entretien paysager est un atout certain pour accéder au métier d’opérateur(trice) de dameuse.

 

À noter que les filles sont les bienvenues: Robin en connaît deux qui font d’excellentes opératrices!

 

Robin conseille aussi ce métier aux jeunes finissants du DEP en machinerie lourde et aux travailleurs plus expérimentés qui se cherchent un revenu d’appoint additionnel.

 

Le métier vous intéresse?

Consultez la fiche métier pour obtenir plus d’information et un lien vers des offres d’emplois disponibles pour le poste d’opérateur de dameuse et d’autres métiers de montagne! 

2 réponses à “Le travail d’opérateur de dameuse : parfait pour les mordus de machinerie!”

  1. Marc labonté dit :

    Je suis intéressé !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© 2019 - Conseil québecois des ressources humaines en tourisme