fbpx
Veuillez noter que votre navigateur n'est plus supporté et que l'affichage pourrait ne pas apparaître convenablement.
Veuillez Mettre à jour votre navigateur ou Installer Google Chrome

Journée RH 2015 : Différentes perspectives sur la situation des superviseurs

Dans ce segment de la Journée RH, nous souhaitions présenter des témoignages, différents points de vue en ce qui concerne le rôle et la situation des superviseurs dans notre industrie. Nous avons eu la chance d’accueillir un représentant du milieu syndical, le représentant d’une entreprise qui se préoccupe de sa relève ainsi qu’un ancien employé et gérant d’une entreprise de restauration rapide.

 

patrickbrunet

 

Patrick Brunet, coordonnateur FC – CSN, secteur tourisme

Pour M. Brunet il est important que les personnes qui accèdent à des postes de supervision aient de l’expérience terrain, qu’ils aient gravi les échelons. Cela leur permet de bien comprendre le fonctionnement du service, les procédures de travail établies et, en plus, de gagner en crédibilité auprès des employés qui sont sous leur supervision.

Sur ce point, durant la période de questions, Madame Adèle Girard, ex-directrice générale du CQRHT (de 1995 à 2012) à renchérie en disant qu’il était important, voir crucial pour leur carrière, que les étudiants dans les programmes de tourisme, d’hôtellerie et de restauration choisissent des emplois dans l’industrie touristique plutôt que de travailler dans d’autres secteurs d’activité durant leurs études.

De plus, M. Brunet croit qu’il serait bénéfique pour les entreprises de mieux préparer et outiller les superviseurs qui entrent en poste et qui doivent composer, entre autres, avec une convention collective.   

 

 

christianchampagne

 

Christian Champagne, vice-président exécutif, Restaurant Pacini inc.

Pour sa part, M. Champagne est venu présenter le processus d’identification et de qualification de la relève au sein même des restaurants Pacini.

Une grille d’évaluation de rendement basée sur les valeurs de l’entreprise a été créée pour faciliter l’identification de la relève potentielle parmi tous les employés, qu’ils occupent un poste de gestion, en cuisine ou en service. La relève ainsi identifiée peut se destiner à une carrière au siège social de l’entreprise, mais également comme restaurateur franchisé de la chaîne. Un processus de qualification de la relève est alors mis en place.

Nous pouvons affirmer qu’il s’agit d’une initiative gagnante quand on sait que 12 restaurateurs sur 26 restaurants Pacini sont actuellement issus de la relève!

 

Téléchargez la présentation de M. Champagne

 

 

guillaumecormier

 

Guillaume Cormier, ancien employé et gérant chez McDonald’s

Présentement étudiant au baccalauréat en commerce avec Majeur en finance à l’Université McGill, M. Cormier a été employé puis gérant chez McDonald’s de 2002 à 2013.

C’est grâce à un emploi d’étudiants que M. Cormier a fait son entrée dans le milieu de la restauration rapide. Il s’est vite rendu compte qu’il pouvait progresser dans l’entreprise et faire une différence. C’est en sautant sur toutes les occasions qu’on lui offrait pour développer ses compétences et en gravissant les échelons qu’il a pu accéder à un poste de supervision. En plus d’avoir travaillé au Québec, M. Cormier a également travaillé dans l’Ouest canadien à titre de superviseur.

En tant que superviseur, il était important pour lui de s’assurer de bien planifier l’embauche et les horaires de manière à avoir toujours suffisamment d’employés pour chaque quart de travail. Ainsi, il évitait de devoir demander à des employés de rester pour quelques heures supplémentaires ou de composer avec une équipe réduite et le stress qui vient avec, surtout dans les heures de pointe. Cette bonne pratique lui permettait aussi de concilier travail et vie personnelle, objectif qu’il s’était fixé et qu’il tenait à rencontrer pour être en mesure de continuer à offrir un bon rendement et d’être heureux dans ses fonctions.

 

Ce segment fort intéressant de la Journée RH nous a permis de constater que l’expérience de travail est encore très valorisée dans notre industrie. Bien que le fait d’avoir un diplôme d’études en tourisme, en hôtellerie et en restauration reste un critère considéré comme important, souhaitable et qui permet de gravir les échelons plus rapidement, l’expérience terrain l’est tout autant, sinon plus, lorsque vient le temps de choisir un candidat pour un poste de supervision.

 

Série  «retour» sur la Journée RH 2015

 

Journée RH 2015 – Résumé de la conférence d’ouverture :  Cliquez ici pour lire l’article

Journée RH 2015 – Conditions de travail et conciliation travail – vie personnelle :  Cliquez ici pour lire l’article

 

 

Panelpanel_guillaumepatrickbrunet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© 2021 - Conseil québecois des ressources humaines en tourisme