Veuillez noter que votre navigateur n'est plus supporté et que l'affichage pourrait ne pas apparaître convenablement.
Veuillez Mettre à jour votre navigateur ou Installer Google Chrome

Comment St-Hubert s’assure d’offrir une rémunération globale concurrentielle

Sur une base régulière, la chaîne des Rôtisseries St-Hubert cherche à savoir comment la rémunération globale qu’elle offre se compare à celle des autres joueurs dans le secteur de la restauration. Nathalie Daniel, directrice principale, ressources humaines de St-Hubert, explique pourquoi et comment l’entreprise ajuste ses pratiques de rémunération à l’environnement concurrentiel.

 

 

Avec la pénurie de main-d’œuvre qui touche tous les emplois en restauration, nous devons nous assurer de demeurer un employeur attractif et compétitif sur le marché de l’emploi. Nous avons donc besoin de savoir ce qu’offrent nos concurrents pour identifier les éléments sur lesquels nous pouvons nous positionner pour rester compétitif.

– Nathalie Daniel, dir. principale RH de St-Hubert

 

Pour sa plus récente étude de rémunération globale, à l’automne 2018, St-Hubert a demandé à une firme spécialisée de conduire une enquête ciblée, auprès des propriétaires et des gestionnaires de restaurants comparables aux Rôtisseries St-Hubert ou au concept Express. Cette étude visait à recueillir des données salariales, mais également des détails quant aux politiques et aux pratiques ressources humaines offertes.

 

L’étude concernait plus particulièrement les postes de gestion, mais aussi quelques postes à taux horaire comme ceux de cuisinier et d’aide-cuisinier. Cent quatre-vingt-dix établissements, provenant de 26 bannières à travers tout le Québec, ont répondu de façon confidentielle à l’enquête, en échange d’une compilation agrégée des résultats de l’enquête.

 

3 tendances en rémunération globale

 

Au-delà des résultats propres à l’univers concurrentiel de St-Hubert, Nathalie Daniel tire quelques enseignements généraux de l’étude :

 

  • La qualité de vie, même en restauration : La restauration est réputée pour être un milieu exigeant : en termes du nombre d’heures de travail par semaine, plus particulièrement dû au fait que les heures d’ouverture des restaurants sont élargies et échelonnées sur 7 jours par semaine.

On remarque aujourd’hui que la qualité de vie est au cœur des préoccupations des candidats. Ceux-ci recherchent des postes de gestion avec des journées de travail plus «raisonnables» et même des postes à temps partiel.

– Nathalie Daniel

 

  • Pour ce qui est du salaire : Pour un employé, celui-ci est perçu soit comme satisfaisant ou insatisfaisant. S’il est insatisfaisant, l’employé d’aujourd’hui ne s’en contentera pas et cherchera  rapidement à améliorer sa situation, souvent en démissionnant. S’il est satisfaisant, sa mobilisation viendra ensuite par la capacité de l’équipe de gestion à être des leaders inspirants et mobilisants.

Ce sont surtout les facteurs comme le respect, la capacité de communiquer adéquatement, le feedback constructif, le soutien des gestionnaires,  l’esprit d’équipe et finalement l’offre d’outils et de formation nécessaires qui agiront comme facteurs de mobilisation principaux.

– Nathalie Daniel

 

  • La flexibilité, partout : Les horaires flexibles font leur place en restauration. Le personnel veut choisir le nombre d’heures et à quel moment il travaillera au lieu d’avoir un horaire imposé par l’employeur.

 

L’étude n’est pas restée lettre morte. À ses restaurants franchisés, Les Rôtisseries St-Hubert a fourni non seulement un résumé des résultats, mais aussi un tableau sommaire pour leur permettre de comparer facilement leurs propres pratiques de rémunération à celles de la moyenne des concurrents dans leur région. St-Hubert a également utilisé les résultats pour évaluer ses échelles salariales et ses politiques et pratiques ressources humaines dans ses 12 rôtisseries corporatives afin de s’assurer de rester compétitif et attractif.

 

Comme certaines organisations touristiques ou certains restaurants n’ont peut-être pas les budgets nécessaires afin  de déployer le même type d’études,  Nathalie Daniel leur suggère fortement  de prendre le temps de répondre à ces études, s’ils sont sollicités, voire de s’offrir spontanément comme répondant aux firmes de recherche qui pratiquent ce genre d’enquêtes : « C’est une excellente façon, pour une organisation, d’obtenir gratuitement de l’information sur son environnement concurrentiel en rémunération globale, tout en permettant à l’étude de recueillir un plus grand bassin de données et de répondants. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© 2019 - Conseil québecois des ressources humaines en tourisme