Veuillez noter que votre navigateur n'est plus supporté et que l'affichage pourrait ne pas apparaître convenablement.
Veuillez Mettre à jour votre navigateur ou Installer Google Chrome

Comment nos perceptions influencent nos communications ?

 

Lors d’une activité de réseautage entre superviseurs, la conversation a rapidement tournée vers les défis de communication que nous rencontrons tous les jours avec nos employés. Un collègue nous faisait part d’une conversation entre deux d’entre eux. Ils n’étaient pas d’accord sur la manière d’être attentifs face aux consignes. L’un disait qu’il fallait «garder l’œil ouvert» et l’autre disait qu’il fallait «faire attention». Chacun restait sur ses positions, en étant persuadé avoir raison. Nous avons tous hoché la tête, car nous avions déjà tous vécu ce type d’expérience.

 

C’est à ce moment-là qu’un de nos collègues a partagé avec nous une des approches qu’il avait eu l’occasion de découvrir avec son coach d’affaires. Chacun de nous, à notre manière, percevons les événements que nous vivons avec nos cinq sens. C’est ce qu’on appelle le VAKOG :

 

  • V pour visuel (vue)
  • A pour auditif (ouïe)
  • K pour kinesthésique (les actions et les émotions)
  • O pour olfactif
  • G pour gustatif

 

Par exemple, lorsque vous échangez avec vos collègues à propos de votre soirée de la veille:

photoarticleperceptions
Le contexte est le même pour ces deux collègues, soit une soirée devant la télévision.
Cependant, chacun a perçu la situation avec son canal de communication dominant.

 

 Et vous, quel est votre canal de communication dominant ?

 

Notre collègue a partagé avec nous le  test en 15 questions qui vous permet de découvrir votre canal de communication privilégié entre le visuel, l’auditif et le kinesthésique. Ce sont les trois sens les plus utilisés.

 

Qu’est-ce qui se passe quand la communication semble plus difficile ?

 

Toujours selon notre collègue, il arrive souvent que deux personnes disent exactement la même chose et qu’elles n’utilisent pas le même canal de communication pour le dire. Voici deux exemples de situations, extraites du monde du travail :

 

Dans le contexte où c’est important d’être attentif aux consignes, un employé avec le canal de communication dominant :

 

  • Visuel dira : garder l’œil ouvert !
  • Auditif dira : rester à l’écoute !
  • Kinesthésique dira : faites attention !

 

Dans le contexte de la période des fêtes, lorsque le travail est très demandant, un employé avec le canal de communication dominant :

 

  • Visuel dira : je n’en vois pas la fin !
  • Auditif dira : le rythme de mon travail est effréné !
  • Kinesthésique dira : mon travail m’épuise !

 

Comment mieux communiquer ?

En tant que superviseur, c’est à nous de nous ajuster à notre interlocuteur. Alors, pour vous aider à passer d’un canal de communication à l’autre, notre collègue nous a aussi donné quelques exemples d’équivalences :

 

 

 tableauperceptions

 

Et après ?

Personnellement, c’est le genre d’échange entre collègues que je trouve enrichissant. Et je me suis engagé à essayer cet outil dès mon retour au travail demain matin. Et vous, qu’en ferez-vous ?

 

 

Références :

Longin, Pierre, Agir en leader avec la PNL, 50 exercices d’application, Éditions Dunod, 2006

Linden, Anné et Splading, Murray, Ennéagramme et PNL, Inter Éditions, 2007

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© 2019 - Conseil québecois des ressources humaines en tourisme